Qui sommes nous?‎ > ‎

Christian Pechet

Christian PÉCHET agent de maîtrise, je vis à Thouaré Sur Loire

Je m’intéresse à la mort depuis mon enfance. Cet intérêt est une sorte de quête existentielle, une recherche de Sens de la Vie. J’ai accompagné dans une association pendant 5 ans des personnes en « fin de vie ». Mes lectures apportent des réponses, parfois pas ! ( ex : que sont ces NDE qui restent mystérieuses pour le monde scientifique ? Parfois mes lectures débouchent sur d’autres questions … « les vivants ferment les yeux des morts, les morts ouvrent les yeux des vivants » Citation africaine
La mort fait partie de la vie, mieux, elle donne sens à la vie ! SENS ! Il me semble qu’une vie de sens amène une mort plus paisible.
Partant de mon constat, je trouve que les cimetières sont souvent tristes, trop minéraux, gris, stériles, sclérosés, avec très peu de végétation, des pesticides et herbicides arrosent et polluent le sol, anéantissent toute biodiversité … Les cimetières sont entourés de hauts murs, comme des prisons. Cet univers rebute bien des personnes ! ( une société qui ne sait pas respecter la mort, c’est une société, qui ne sait pas respecter la vie ! )

- un cimetière est aussi lié à la sauvegarde du patrimoine ( monuments, sculptures … ),
un lieu ou se côtoient un peu pêle-mêle les personnalités du cimetière, l’aspect religieux, spirituel, sociologique, philosophique, les questions existentielles, métaphysiques, l’histoire de notre ville … histoire tellement en lien avec ce que nous sommes !

Le projet de BBM me plaît, je le résume à « ré-enchanté ». Oui, le cimetière est un lieu de vie qui invite, une invitation au recueillement, à la mémoire, au voyage, à la légèreté et pourquoi pas pour certains à l’esquisse d’un sourire … que sais-je encore …
Chaque personne doit pouvoir puiser ce quelque chose qui lui est personnel.
Et donc, oui ! Oui à la reconquête, à une réappropriation des cimetières par des chantiers participatifs avec des idées et implications citoyennes, oui à la végétalisation, oui aux projets artistiques. Oui à une ouverture de l’espace cimetière pour mieux connaître l’histoire, les personnalités, les symboles funéraires, et à ouvrir ces petites lucarnes sur la vie de nos morts, des anonymes ordinaires en apparence … en apparence ! Les hommes les plus humains ne font pas la révolution : ils font les bibliothèques et les cimetières ( André Malraux )
Parce que le cimetière est un lieu qui a des choses à nous apprendre et qu’il appartient, au moins autant, aux vivants qu’aux morts !





Comments